L’Histoire de Volubilis

Volubilis couvre plus de 10 siècles d’histoire : du 2ème siècle avant J.-C. jusqu’à à la fondation de Fès, à la fin du 8ème siècle. Elle survivra ensuite jusqu’ au 14ème siècle à l’époque mérinide.

Le premier noyau de la ville date du 2ème siècle avant J.-C. Un collège de suffètes gérait les affaires municipales. Sa superficie était estimée à douze hectares entourée d’une enceinte peut être partielle est dotée d’un plan régulier. Malheureusement, les vestiges de cette période ont été détruits ou recouverts ultérieurement.

Après l’annexion du Royaume de Maurétanie à l’empire romain en 42 après J.-C. suite à l’assassinat du roi Ptolémée par l’empereur Caligula, elle est élevée au rang de municipe et connaît une extension urbaine importante à partir de la deuxième moitié du 1er siècle après J.-C. Sous l’empereur Marc Aurèle (168-169 après J.-C.) est construite une enceinte urbaine qui enserre une superficie de quarante hectares. Sous les sévères (2ème 3ème siècle), le quartier monumental est réaménagé et l’arc de triomphe est érigé en l’honneur de l’empereur Caracalla et de sa mère en reconnaissance de l’exemption des arriérés d’impôts et de l’octroi de la citoyenneté romaine aux habitants de Volubilis.

En 285 après J.-C., l’administration et l’armée romaine évacuent la ville. Les volubilitains se replient vers l’ouest pour défendre la ville. Des inscriptions datées entre 599 à 655 après J.-C provenant des environs de l’arc de triomphe, témoignent de la christianisation de la population.

Avant l’arrivée d’Idriss Ier, Volubilis et sa région sont déjà islamisées comme en témoignent les chroniques arabes et les monnaies prés-Idrissides.

Idriss Ier, descendant d’Ali par Al- Hassan, se refugie au Maghreb al aqça (Maroc actuel), à Walila où il est accueilli par le chef des Aourabas et proclamé chef des croyants. De là, il a essayé d’étendre son domaine en construisant la ville de Fès, avant son assassinat en 175 de l’hégire (calendrier musulman) / 791 après J-C.

La ville n’est pas tout de suite abandonnée, elle a accueilli en 818 après J.-C. les réfugiés de l’émeute du faubourg de Cordoue, les Rabédis. Au 11ème siècle, Walila est encore une agglomération selon El Bakri, elle a pu survivre encore jusqu’ à l’époque mérinide.